Couple de personnes âgées canadiennes debout devant leur maison et songeant à prendre un prêt sur valeur domiciliaire.

Est-ce que je possède toujours ma maison si j’opte pour un prêt sur valeur domiciliaire?

Ça peut être difficile de comprendre ce qu’est la valeur nette d’une propriété si vous ne vous êtes jamais posé la question auparavant. Même si vous avez une connaissance générale sur d’autres aspects financiers, l’immobilier et les valeurs qui y sont associées peuvent représenter un nouveau langage pour certains. Sachant cela, il n’est pas surprenant que les propriétaires aient du mal à comprendre s’ils possèdent toujours leur résidence, quelle est la différence entre les divers systèmes d’emprunt immobiliers et comment ils peuvent naviguer dans ces eaux. Alors aujourd’hui, nous examinerons les bases des prêts sur valeur domiciliaire et des hypothèques inversées et nous clarifierons quelques mythes. Vous aurez ainsi assez de connaissances pour répondre à des questions et pour prendre des décisions éclairées.

Comprendre les notions de valeur nette et de prêt sur valeur domiciliaire

Un prêt sur valeur domiciliaire est un type de prêt où l’on utilise la valeur nette de votre propriété — la différence entre la juste valeur marchande et le solde restant de tous les nantissements sur la propriété — en garantie pour un prêt. Cela crée un nantissement supplémentaire sur la propriété qui peut être utilisé pour financer ce que vous voulez.

Comment est-ce que j’obtiens un prêt sur valeur domiciliaire?

En général, les prêts sur valeur domiciliaire exigent une cote de crédit bonne ou excellente, en plus d’un bon rapport prêt-valeur et d’un bon rapport combiné, c’est-à-dire que la transaction doit être sécuritaire pour le prêteur. Si vous respectez ces critères, vous pourrez faire une demande auprès d’un prêteur, comme votre banque, et choisir un des produits offerts. Les détails varieront grandement selon le montant du prêt, vos objectifs de remboursement et, bien sûr, les valeurs inhérentes à votre résidence.

Les mythes entourant les prêts sur valeur domiciliaire

La valeur nette d’une propriété est un sujet associé à beaucoup d’incompréhension et de mythes. En voici quelques-uns :

  • Une préapprobation est une garantie :

    Ceci est complètement faux. Une préapprobation signifie uniquement qu’un prêteur s’intéresse à votre demande. Celui-ci pourrait toujours renégocier ou ne plus accepter de vous offrir un prêt après avoir eu un meilleur aperçu de votre situation.

  • Je dois dépenser l’argent sur ma maison :

    Bien que ce soit un usage commun des fonds accordés par un prêt sur valeur domiciliaire, ce n’est nullement obligatoire. Vous pouvez utiliser les fonds pour vous acheter une nouvelle voiture, pour l’université ou n’importe quoi d’autre. Il s’agit d’un prêt garanti par la valeur nette de votre propriété et vous pouvez l’utiliser comme bon vous semble.

  • Si je suis en défaut, je ne perdrai pas vraiment ma maison :

    Il y a certaines situations où être en défaut par rapport à votre prêt sur valeur domiciliaire ne vous fera pas perdre votre maison, mais elles sont rares. Un prêt sur valeur domiciliaire est un énorme risque si vous n’êtes pas réellement en mesure d’effectuer des paiements — s’il était facile d’en sortir, les banques ne les offriraient pas.

Et qu’en est-il des marges de crédit hypothécaires?

Une marge de crédit hypothécaire, ou une marge de crédit sur valeur domiciliaire, est une solution de rechange au paiement forfaitaire habituellement offert par un prêt sur valeur domiciliaire. Plutôt que des termes fixes et un montant d’argent fixe, vous recevez une marge de crédit associée à un taux d’intérêt variable. Il y a des avantages et des inconvénients pour l’emprunteur : vous pouvez emprunter ce dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin, mais les taux seront souvent moins avantageux pour vous que ce que vous obtiendriez avec un prêt traditionnel avec somme forfaitaire.

Les marges de crédit hypothécaires offrent souvent des avantages en matière de planification fiscale et sont considérées comme étant plus favorables qu’une deuxième hypothèque par quiconque considère les dettes également. Mis à part ces différences notables, toutefois, une marge de crédit hypothécaire offre plusieurs des mêmes limitations, risques et avantages qu’un prêt traditionnel sur valeur domiciliaire — le fait de ne pas rembourser mènera à une saisie et à la perte de votre résidence.

Si un prêt sur valeur domiciliaire ne semble pas la bonne option pour vous, poursuivez votre lecture et vous apprendrez qu’il y a plusieurs autres façons de libérer la valeur de votre propriété. L’étoile montante actuelle en matière de finances domiciliaires est le prêt hypothécaire inversé — le proche cousin du prêt sur valeur domiciliaire

Qu’est-ce qu’une hypothèque inversée?

Les prêts hypothécaires inversés sont un type spécial de prêt, habituellement seulement offert aux aînés, qui permet d’accéder à la valeur nette de sa résidence sans avoir à la vendre. Essentiellement, une hypothèque inversée est un prêt sur valeur domiciliaire dont l’intérêt et le capital n’ont pas à être remboursés tant et aussi longtemps que vous occupez la propriété. Si vous déménagez ou décédez, le prêt vient à échéance et le recouvrement de la dette commence. C’est ce qui fait d’une hypothèque inversée une excellente source de fonds si vous planifiez rester dans votre habitation actuelle indéfiniment et que vous souhaitez léguer la résidence libre de tout nantissement à vos héritiers.

Comment puis-je obtenir une hypothèque inversée?

Les règles concernant les hypothèques inversées diffèrent selon les pays. Au Canada, par exemple, elles ne sont offertes qu’aux propriétaires âgés de 55 ans ou plus. Une fois que vous atteignez l’âge minimal requis par votre pays, vous devez faire une demande auprès d’un prêteur approuvé d’hypothèques inversées. Vous devrez déterminer la façon dont vous souhaitez recevoir les fonds, puisque les prêts hypothécaires inversés offrent une grande souplesse : vous pouvez opter pour une somme forfaitaire, pour des versements réguliers afin de compléter votre revenu, , etc. Tous ces détails devront être déterminés à l’aide de votre prêteur et une évaluation de votre propriété et de sa valeur nette sera requise.

Les mythes entourant les hypothèques inversées

Puisqu’ils sont moins bien connus que les autres produits financiers, les prêts hypothécaires inversés sont victimes de nombreux mythes et méprises. En voici quelques-uns qu’il faut démystifier :

  • Un conjoint survivant perdra la résidence ou devra commencer à rembourser.

    Non. Si votre conjoint survivant signe l’hypothèque inversée avec vous, le paiement du prêt continuera à être différé jusqu’à ce qu’il décède ou vende la propriété.

  • Je dois céder ma maison au prêteur.

    Non. Lorsque vous empruntez sous la forme d’une hypothèque inversée, vous restez seul et unique propriétaire de votre maison.

  • Les hypothèques inversées sont coûteuses.

    Les mêmes règles régissant aussi d’autres pratiques en matière de prêts protègent les propriétaires contre les frais excessifs sur les hypothèques inversées, les gardant ainsi justes et raisonnables.

  • Il est impossible de demander une hypothèque inversée pour une résidence qui comporte déjà une hypothèque ou un autre nantissement.

    Faux. Vous empruntez sur la valeur nette, ce qui signifie que vous pouvez emprunter même si votre propriété comporte déjà un nantissement — en fait, vous pouvez utiliser une hypothèque inversée pour rembourser d’autres nantissements si vous le désirez.

  • Le prêteur peut me forcer à déménager et à rembourser le prêt.

    Non. Encore une fois, avec une hypothèque inversée, vous demeurez le seul propriétaire de votre habitation — le prêteur ne peut pas vous imposer un déménagement ni vous forcer à faire quoi que ce soit.

  • Les héritiers pourraient avoir à rembourser plus que la valeur de la maison.

    Non. Même si vous receviez plus de la valeur de votre résidence en vertu d’un programme particulier, la dette accumulée ne peut jamais dépasser la valeur de votre propriété. Vos héritiers n’auront JAMAIS à payer plus que la valeur de la résidence.

Conclusion

En fin de compte, la meilleure façon d’accéder à la valeur nette de votre résidence dépendra de votre revenu, de votre âge, de vos buts et de votre cote de crédit. Plusieurs personnes trouvent qu’un prêt traditionnel sur valeur domiciliaire est idéal pour ce dont ils ont besoin, tandis que d’autres trouvent la dette différée d’une hypothèque inversée bien plus pratique et convenable. Néanmoins, toute dette encourue, même celle qui viendra à échéance seulement après votre décès, mérite une considération attentive et des délibérations. Faites un choix judicieux et profitez au maximum de la valeur immobilisée dans  votre résidence.

Comment ça fonctionne?

Comment ça marche

Si vous êtes comme plusieurs Canadiens de 55 ans ou plus, la majeure partie de ce que vous possédez entre dans deux catégories : la valeur nette de votre propriété...

En savoir plus

CHIP a fait leur bonheur

"Mary M., Pritchard (Colombie-Britannique)Des changements importants peuvent survenir à n’importe quel moment. Pour Marie, 67 ans, son divorce après 40 ans de mariage a présenté quelques...

Pour en savoir davantage -